Les curieuses activités des salariés aux toilettes

Publié le par Dos Santos Thierry

Pour la première fois, une étude dévoile les usages inhabituels que les salariés font des toilettes. Attention : cet article pourrait vous donner de drôles d’idées.

La plupart des salariés français utilisent les toilettes mis à leur disposition par leur employeur… pour ce à quoi elles sont destinées. 77 % ont ainsi un usage classique des W-C, sur les 1 000 salariés français sondés pour la 4e édition de l’étude Hygiene Matters*, publiée fin octobre par le groupe de vente de produits d’hygiène SCA. 23 % s’y lavent les mains ou s’y rafraîchissent et 21 % y changent de vêtements.

11 % s’y enferment pour prendre une pause

Mais certains en ont un usage un peu moins conventionnel. 15 % s’y enferment pour téléphoner. 12 % pour envoyer des messages (SMS ou chat) et 11 % pour prendre une petite pause, au calme.

Faire de l’exercice aux toilettes

D’autres ont carrément de curieuses habitudes. 8 % se lavent aux toilettes de leur bureau. 7 % y mangent. Ils sont autant à y aller pour avoir une conversation privée, en face à face et à s’y maquiller. Un peu moins (5 %) s’y cachent pour lire des magazines, des livres ou pour écrire. Certains (4 %) y trouvent refuge pour pleurer. 3 % y fument, autant s’y cloîtrent pour laisser exploser leur frustration. Quelques-uns (2 %) s’y allongent pour dormir. Et autant y font de l’exercice ! Enfin, les rares timides zélés (1 %) s’y isolent pour répéter leur présentation.

*L’étude Hygiene Matters de SCA est une étude internationale réalisée par les cabinets United Minds et Cint. L’enquête a été réalisée en 2014 sur un total de 13 492 répondants dans treize pays : Brésil, Chine, France, Allemagne, Italie, Espagne, Suède, Mexique, Pays-Bas, Russie, Afrique du Sud, Royaume Uni, Etats-Unis. Pour chaque pays, environ 500 femmes et 500 hommes ont été interrogés, sur la base de la méthode des quotas (âge, sexe, etc.).

Imprimer | Envoyer à un ami

Publié dans pause

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article