Une étude fait clairement le lien entre stress au travail et infarctus

Publié le par Dos Santos Thierry

Une étude fait clairement le lien entre stress au travail et infarctus

Créé : 17-09-2012 11:45

Les personnes exposées au stress dans leur travail auraient un risque plus élevé de 23% de faire un infarctus, selon une vaste étude européenne.

stress

 

 

Les tensions au travail peuvent être dangereuses. Photo : Sipa

Souvent mis en cause en ce qui concerne le moral des employés, le stress au travail et ses effets seraient beaucoup plus néfastes qu'il n'y paraît. Une étude dirigée par des chercheurs européens, dont ceux de l'Inserm, prouve scientifiquement le lien entre conditions de travail éprouvantes et la survenue de maladies cardiovasculaires.

L'étude en question, menée auprès de 200 000 personnes dans sept pays européens*, révèle que les individus exposés au stress sur leur lieu de travail ont un risque 23 % plus élevé de faire un infarctus que les autres.

Près de 4 000 accidents par an

"Dans notre étude, 3,4 % des infarctus recensés parmi les 200 000 individus sont attribuables au stress au travail. En France, sur les 100 à 120 000 infarctus survenant chaque année, cela correspondrait tout de même à environ 3 400 à 4 000 accidents imputables à ce facteur de risque", souligne Marcel Goldberg, chercheur à l'Inserm.

 

Des résultats qui restent inchangés, peu importe les modes de vie, l'âge, le sexe, le statut socioéconomique ou la répartition géographique des participants.

Le manque de marge de manoeuvre est particulièrement stressant

Afin d'évaluer objectivement le niveau de stress engendré par un travail, les chercheurs ont distribué des questionnaires portant sur les aspects psychosociaux liés au métier réalisé : la charge de travail, les contraintes imposées à l'employé ainsi que l'autonomie dont il dispose pour y faire face.

Ainsi, les personnes ayant un rythme de travail soutenu mais aucune marge de manœuvre pour s'adapter sont les plus soumises au stress professionnel. Pour pallier ce phénomène, l'équipe de recherche recommande avant tout de renforcer la prévention sur le lieu de travail. Des mesures qui pourraient également avoir un impact positif sur d'autres facteurs de risques comme le tabac ou l'alcool, dont la consommation est partiellement liée au stress.

*Belgique, Danemark, Finlande, France, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suisse.

 

Alexandra Bresson

Metrofrance.com

 

Publié dans stress

Commenter cet article