St-Nicolas-de-Port gagne le Match

Publié le par Dos Santos Thierry

Dimanche 20 septembre 2015

Investissements St-Nicolas-de-Port gagne le Match

Ce n’est pas le transfert d’un joueur de foot, mais il rapporte quand même des sous à la commune et pas seulement.

19/09/2015 à 05:00 , actualisé le 18/09/2015 à 22:22 Vu 564 fois

Luc Binsinger et Franck Mackowiak : le projet a pris du temps, mais cela valait le coup d’attendre.  Photo Cédric JACQUOT

Luc Binsinger et Franck Mackowiak : le projet a pris du temps, mais cela valait le coup d’attendre. Photo Cédric JACQUOT

Les habitants de Saint-Nicolas-de-Port connaissent bien leur Match, surface commerciale d’environ 1 100 mètres carrés en cœur de ville. Mais ils apprécieront sans doute mieux encore le nouveau qui va s’ouvrir à gauche, et à l’est de la route, menant du centre à l’échangeur de l’A33. Les huit hectares de friches industrielles rachetées en 2004 par la ville aux anciens entrepôts pétroliers vont devenir un centre commercial, dont le seul supermarché Match, transféré avec ses trente emplois, est trois fois plus important en surface, soit 3 500 mètres carrés.

L’offre va grimper de façon spectaculaire, permettant d’irradier non plus sur la seule cité portoise, mais aussi sur Varangéville et Dombasle, soit une zone de chalandise de trente mille habitants. Plus des deux tiers des huit hectares seront occupés par des commerces. Autrement dit, on se retrouvera, idéalement placé avec un site ressemblant à ce qu’on trouve beaucoup plus loin dans la zone de Frocourt, ou encore comme au Saint-Séb où le centre commercial est organisé autour du Monoprix.

Il y aura toutefois une différence. Au fil du temps, les concepts commerciaux évoluent. On donne à celui-ci un nom américain : c’est le modèle « retail Park ». Ce qui veut dire un vaste espace sur un seul niveau, à l’horizontale, de structure annulaire. On y pénètre en voiture, car l’espace intérieur est occupé par un vaste parking, et le piéton peut alors choisir sa destination. Les commerces à gauche ou à droite, la grande surface devant soi. Il y aura même une aire de jeu pour les parents encombrés de leurs enfants le temps des courses.

Combien ça coûte ? Le groupe Louis Delhaize, qui possède Cora (les supermarchés) et dont l’enseigne Match est le niveau supermarché a acheté le terrain 1,7 M€ à la ville. La signature est à peine sèche, puisqu’elle a eu lieu hier à 11 h du matin chez le notaire portois Choné. La ville avait eu vent en 2004 de ce qui se préparait sur ce terrain. Les ex-entrepôts pétroliers vendaient à un spécialiste de la démolition et la surface allait devenir une déchetterie. « On a préempté à temps pour empêcher ça », déclarait hier à midi Luc Binsinger, content d’avoir préempté, des emplois induits, 170 envisagés, mais aussi du bénéfice fait par la ville : elle a acheté 410 000 €. « La différence va nous permettre d’investir dans notre pôle artistique et culturel, de créer au centre un parking de 110 places et de ne pas augmenter les impôts en ces temps de disette budgétaire ». Le nouveau Match ouvrira sans doute en 2017, au plus tard en mars 2018. Il a fallu dix ans de gestation, « mais la crise est passée par là » dit Franck Mackowiak, directeur immobilier du groupe Delhaize. « C’était devenu l’Arlésienne », explique le maire. « Les gens me demandaient avec un sourire en coin, alors, au fait, le nouveau Match, c’est pour quand ? »

La réponse est arrivée hier et on a fait un pot pour fêter ça…

Guillaume MAZEAUD

Publié dans info match

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article