Un petit pas ... fiscal ou politique ? Le compte n’y est pas !

Publié le par Dos Santos Thierry

 

Un petit pas ... fiscal ou politique ? Le compte n’y est pas !

Un petit pas fiscal, qui ne sera pas un grand pas pour le pouvoir d’achat des classes moyennes.
Le président de la République annonce une nouvelle baisse d’impôts, c’est bien! Mais qu’en est-il pour la classe moyenne qui a tellement donné dans les années précédentes?

Rappelons quelques augmentations des dernières années :

  • La baisse du plafond du quotient familial, deux années de suite, a considérablement érodé le pouvoir d’achat des familles.
  • La fiscalisation des heures supplémentaires a pénalisé ceux qui voulaient travailler plus pour gagner plus.
  • Le gel du barème a augmenté mécaniquement le barème pendant trois ans.
  • La disparition de la tranche à 5,5 % a eu le mérite de rendre non imposables les plus bas salaires, mais a augmenté l’impôt des classes moyennes, par l’abaissement du seuil de la tranche à 14 %.

La fiscalisation de la part « employeur » de la mutuelle a introduit l’impôt sur un revenu non perçu.

Deux milliards, c’est une goutte d’eau, qui sera largement compensée par les autres ponctions.

Un exemple : sous prétexte de baisse des dotations de l’état, les impôts locaux vont s’envoler en 2015, des hausses vertigineuses sont déjà annoncées (+5 % à Bordeaux, + 15 % à Toulouse, + 10,5 % à Lille, + 5 % à Lyon) !

Ce n’est donc pas cette petite baisse d’impôts qui va relancer la consommation, et permettre à la France de bénéficier d’un taux de croissance, d’au moins 1,5 %, laissant espérer une baisse du chômage.

Pour la CFE-CGC, ne rien rendre à ceux qui ont beaucoup donné, le compte n’y est pas !

Il est largement temps de revoir cette fiscalité trop touffue, trop compliquée. Qui est inexistante pour près de la moitié des Français, et trop favorable à quelques-uns, grâce aux niches fiscales notamment. Il est anormal que l’essentiel de l’effort porte toujours sur les mêmes, à cause d’une fiscalité prédatrice péjorative à la classe moyenne.

La CFE-CGC vous le demande : Osez, monsieur le président, osez une vraie réforme fiscale équitable, mais pas égalitaire, avec une vraie progressivité !

Osez une vraie réforme fiscale qui redonne du sens à l’impôt, payé par tous, même à un niveau très faible, pour que chacun prenne conscience de ses droits, mais aussi de ses devoirs !

Dossier suivi par Alain Giffard – secrétaire national CFE-CGC

Tél. : 06 80 23 50 72 - E-mail : alain.giffard@cfecgc.fr

Publié dans info gle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article