Nouveautés droit social, issues de la loi REBSAMEN (TISSOT)

Publié le par Dos Santos Thierry

Loi Rebsamen : les nouveautés relatives aux réunions des représentants du personnel

Il est désormais possible d'organiser des réunions communes de plusieurs institutions représentatives du personnel lorsqu'un projet nécessite leur information ou consultation. En outre, l'employeur va pouvoir avoir recours à la visioconférence, dans certains cas, même sans l'accord du CE.

Loi Rebsamen : les nouveautés relatives à la médecine du travail

La loi Rebsamen renforce le rôle du médecin du travail. Elle crée également une obligation d'information, à l'égard tant du salarié que de l'employeur, lorsqu'un recours est exercé contre une décision du médecin du travail. Enfin, la liste des salariés concernés par la surveillance médicale renforcée est modifiée.

Loi Rebsamen : les principaux changements relatifs au CHSCT

Le seuil d'effectif à partir duquel un CHSCT doit être mis en place a été précisé. Le fonctionnement du CHSCT a également été revu avec la mise en place à venir d'un délai maximal de consultation, et l'allongement de la durée du mandat des membres du CHSCT.

Loi Rebsamen : rémunération du salarié en congé de formation économique, sociale et syndicale

La loi Rebsamen met fin à une incertitude en prévoyant que c'est à l'employeur de maintenir la rémunération du salarié bénéficiant d'un congé de formation économique, sociale et syndicale. Mais il pourra ensuite demander un remboursement à une organisation syndicale, et pourra même procéder à une retenue sur le salaire du bénéficiaire.

Loi Rebsamen : de nouveaux droits pour les représentants du personnel

Vos représentants du personnel titulaires peuvent désormais demander à bénéficier d'un entretien individuel en début de mandat. Des garanties ont également été instaurées pour qu'ils ne soient pas pénalisés par leur mandat en termes d'évolution salariale.

Loi Rebsamen : le CDI intérimaire

Le CDI intérimaire, entré en vigueur en mars 2014, a été créé par un accord de branche. La loi Rebsamen reconnait ce CDI particulier mais à titre expérimental jusqu'au 31 décembre 2018. Nouveauté de cette loi : elle prévoit que la mission d'un salarié en CDI intérimaire pourra aller jusqu'à 36 mois. Un rapport sera établi avant juillet 2018 notamment pour l'éventuelle pérennisation du dispositif.

Loi Rebsamen : aménagement de certains seuils d'effectif liés au CE

La loi Rebsamen modifie l'effectif à partir duquel l'employeur doit consulter le CE chaque mois. Elle rend également applicable la mesure selon laquelle l'employeur dispose d'un délai d'un an pour s'acquitter de toutes ses obligations vis-à-vis du CE lorsque l'effectif de 50 salariés est atteint. Enfin, elle facilite la suppression du CE en cas de baisse de l'effectif.

Loi Rebsamen : lutter contre le sexisme au travail

80 % des femmes salariées considèrent qu'elles sont régulièrement confrontées à des attitudes ou décisions sexistes. Ces comportements ont des répercussions sur la confiance en soi et le bien-être au travail. La loi Rebsamen fait entrer la notion d'agissements sexistes dans le Code du travail et leur ferme les portes du monde du travail.

Loi Rebsamen : le CV anonyme devient facultatif

La loi Rebsamen signe la fin du CV anonyme obligatoire pour les entreprises d'au moins 50 salariés. Mais son recours sera toujours possible dans des conditions qui devraient être définies par décret.

Loi Rebsamen : élargissement de l'utilisation des heures de délégation pour les délégués syndicaux

Afin d'exercer son mandat, le délégué syndical bénéficie d'heures de délégation. Ce crédit d'heures varie en fonction de l'effectif de l'entreprise. La loi Rebsamen élargit l'utilisation de ces heures à la participation des DS à des travaux paritaires à un autre niveau que celui de l'entreprise.

Publié dans loi REBSAMEN

Commenter cet article