Travail. Ces collègues qui nous pourrissent la vie

Publié le par Dos Santos Thierry

Certains employés sont prêts à tout pour écraser les autres et se mettre en avant. En Allemagne, on les appelle les “salariés toxiques”, et ils coûteraient cher aux entreprises : 10 milliards d’euros par an.

Ils mentent, manipulent, sèment la zizanie : certains collègues ne reculent devant rien au bureau… surtout lorsqu’il s’agit de grimper les échelons. Le quotidien de l’employé(e) de bureau du XXIe siècle est une souffrance à géométrie variable. Il est tour à tour débordé (burn-out) ou désœuvré (bore-out). La littérature sur les psychopathologies du salarié garnit des rayonnages entiers.

Pourtant, on parle rarement de ceux qui font du quotidien professionnel un cauchemar, que ce soit en réunion ou devant la machine à café : les collègues, ou tout au moins ceux qui ont un talent certain pour vous empoisonner la vie au bureau. La psychologue Heidrun Schüler-Lubienetzki a donné un nom à consonance scientifique à ce poison quotidien. Elle parle de “personnes toxiques”. Avec son époux, elle vient d’écrire un livre intitulé “Persécution au bureau : des stratégies pour gérer les fauteurs de troubles” [Schwierige Menschen am Arbeitsplatz : Handlungsstrategien für den Umgang mit herausfordernden Persönlichkeiten, inédit en français, 2015]. Ensemble, ils proposent depuis plusieurs années des services de coaching à tous types d’employés, du simple salarié au cadre dirigeant.

Jusqu’a 10 % des employés concernés

Un jour, les deux coachs se sont aperçus que les doléances de leurs clients présentaient des similitudes. Les témoignages tournaient souvent autour du même personnage, celui pour qui tous les moyens sont bons pour obtenir de l’avancement. Heidrun Schüler-Lubienetzki et son mari jugent le phénomène si répandu qu’ils viennent de publier un ouvrage spécialisé sur ces “fauteurs de troubles”. De 5 à 10 % des employés sont prédisposés à polluer l’ambiance au bureau, estime la psychologue. Hommes et femmes sont concernés à parts égales. N’importe qui peut en être la victime. Une collègue dans le couloir, un partenaire en réunion, un supérieur hiérarchique.

Le problème avec les personnes toxiques, c’est qu’on ne les reconnaît pas tout de suite. Souvent, elles sont même appréciées, passent pour avenantes et sympathiques. Ce n’est que progressivement que l’on se rend compte qu’elles tyrannisent tout un service. Selon les auteurs, il existe des indices : “Quand une personne suscite des réactions diamétralement opposées, qu’elle est cordialement détestée ou au contraire très appréciée, il y a des chances que vous ayez affaire à une personne toxique.” Un autre indice extérieur est leur caractère imprévisible. Les personnes toxiques peuvent se montrer affables et charmantes à un instant t, puis cassantes et sans pitié l’instant d’après.

Il s’agit souvent de personnes sensibles, qui savent cerner l’ambiance qui règne dans une équipe et en jouer. Tout ce qu’elles font – que ce soit lors de l’entretien annuel avec leur supérieur ou lors d’un aparté dans le couloir – sert un objectif : prendre le contrôle et le pouvoir. Elles glanent des informations dans un but précis et les utilisent impudemment, tyrannisant leurs collègues psychologiquement. Malmener l’autre fait partie de leur stratégie. Ce qui est surprenant, c’est que l’intrigant passe souvent incognito. Les personnes toxiques, écrivent les Schüler-Lubienetzki, font preuve d’une habileté redoutable et tissent même des liens d’amitié avec leurs victimes. Qu’elles jugent leur supérieur affaibli, et elles lanceront une OPA hostile sur son poste.

Rien n’est laissé au hasard

Le propre du toxique, c’est de préméditer son acte. Ce n’est pas un délinquant occasionnel qui saute sur une occasion qui se présente fortuitement à lui. Son unique but est d’asseoir son pouvoir personnel – et les avantages qui vont avec : le statut, la reconnaissance, l’argent, parfois le sexe, aussi. “Le pouvoir attire les personnes toxiques comme des mouches”, explique Heidrun Schüler-Lubienetzki. Ce qui en fait certes des collaborateurs performants, mais aussi dangereux.

Lorsqu’un conflit se fait jour, le toxique boit du petit-lait. L’objet du litige importe peu, il n’est qu’un moyen pour lui de parvenir à ses fins. La personne toxique aime que les conflits s’enveniment, et n’hésite pas à humilier publiquement ses détracteurs. Heidrun Schüler-Lubienetzki cite le cas d’un cadre supérieur allemand qui a jeté le téléphone portable d’un collègue à la poubelle au motif que la sonnerie l’énervait. En réalité, il s’agissait de montrer qui avait le pouvoir et d’assujettir l’autre.

Un coût exorbitant pour les entreprises

Une hiérarchie déficiente est le terreau le plus favorable pour les personnes toxiques. Quand le patron craint les conflits, le fauteur de troubles a les coudées franches. Or l’entreprise aurait tout intérêt à sévir – en allant jusqu’au licenciement s’il le faut : les dégâts causés par les persécuteurs se chiffreraient à plus de 10 milliards d’euros par an pour les seules entreprises allemandes, estiment les auteurs. Et les personnes toxiques sont légion dans certains secteurs comme la politique, l’art, la finance ou les médias. “Les aptitudes à la toxicité y sont pour ainsi dire indispensables.”

Auteur

Martin U. Müller

Martin U. Muller est journaliste pour l’hebdomadaire de centre-gauche allemand Der Spiegel depuis 2009. Le magazine est internationalement reconnu comme une référence en matiere d’investigation journalistique. Muller y écrit principalement des articles portant sur des questions économiques et politiques.

Travail. Ces collègues qui nous pourrissent la vie

Publié dans travail

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article