l'ouverture dominicale chez Intermarché...

Publié le par Dos Santos Thierry

,

Les salariés d'Intermarché en grève reconductible

Une trentaine de salariés grévistes se réunira ce vendredi matin à partir de 5heures. / Photo DDM Manon Adoue
Une trentaine de salariés grévistes se réunira ce vendredi matin à partir de 5heures. / Photo DDM Manon Adoue

La colère est montée d'un cran chez les employés d'Intermarché. L'annonce de l'ouverture dominicale en septembre dernier, aura été le coup de trop. «Celui «qui a fait ressortir le malaise» selon Sandrine De Carvahlo, à la tête de l'union locale de la CGT. Une trentaine d'entre eux a décidé d'entamer une grève reconductible, ce vendredi matin. Ils demandent le paiement de leurs heures supplémentaires, la mise en place d'un treizième mois, le remplacement immédiat des salariés en arrêt maladie et le paiement double pour les ouvertures du dimanche. Ils réclament également un temps d'habillage et de déshabillage ainsi qu'une tenue de travail adéquate (chaussures de sécurité, tablier de protection etc.) «Ces revendications sont légitimes, beaucoup de salariés à temps partiel sont payés au niveau le plus bas», regrette la syndicaliste.

«Des pressions et des insultes»

«Beaucoup de salariés ont démissionné récemment, les conditions de travail deviennent de plus en plus difficiles et les salariés sont victimes de maltraitance psychologique». Car les employés et la CGT dénoncent en effet «des pressions, des insultes, des propos homophobes et racistes». Michel Chataigneau, le directeur de l'Intermarché, assure respecter le Code du travail : «Les salariés qui travaillent de façon exceptionnelle le dimanche sont payés le double, ceux qui travaillent régulièrement sont payés 30 % de plus comme e le prévoit la loi. On a recruté des contrats étudiants qui sont très satisfaits», se défend-il. La tenue de travail ? «Ils l'ont déjà, tous les employés ont des chaussures de sécurité, seulement certains veulent des modèles différents», répond-il. En ce qui concerne le treizième mois, il maintient que le personnel bénéficie d'une prime de fin d'année. Enfin, au sujet des propos «racistes et homophobes», il affirme : «Si c'est avéré, je ne le tolérerai pas». Le syndicat et les salariés attendent de «réelles négociations» sans quoi ils comptent bien prolonger la grève.

Manon Adoue

Publié dans travail dominical

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article