Congés : ce qui va changer en 2017

Publié le par Dos Santos Thierry

Le congé pour un décès allongé

Congé "de proche aidant", congé pour décès, congés payés… La loi Travail, qui entre en vigueur le 1er janvier, comporte plusieurs décrets concernant les congés des salariés. Voici ce qu’il faut retenir.  

 

Un nouveau congé "de proche aidant"

Dès le 1er janvier 2017, les salariés français pourront bénéficier du congé dit "de proche aidant", qui se substitue au congé de soutien familial, qui existait jusqu'à présent. Celui-ci sera possible pour un salarié souhaitant s’occuper "d'une personne handicapée ou en perte d'autonomie avec laquelle le salarié réside ou entretient des liens étroits et stables sans qu'ils soient liés par un lien de parenté", précise le site gouvernemental Service-public.fr. Les conditions pour l’obtenir seront plus souples et sa durée pourra aller jusqu’à un an.
 

Le congé pour un décès allongé

Votée en 2015, une proposition de loi sur l’allongement de la durée du congé en cas de décès d’un proche entre également en vigueur à compter du 1er janvier 2017. Le texte prévoit que les salariés pourront bénéficier de 5 jours de congés lors du décès d’un enfant, contre deux actuellement. S’il s’agit d’un membre du couple, le congé passe de deux à trois jours. Enfin, si le décès concerne l’un des parents, des beaux-parents, d’un frère ou d’une sœur, le congé passe d’un à deux jours.

Des congés payés dès la première année

Bonne nouvelle pour les nouveaux salariés d’une entreprise : la loi prévoit à présent qu’un employé puisse prendre des congés payés dès sa première année. Jusqu’à présent, "les nouveaux embauchés devaient attendre la période d'ouverture des droits aux congés payés, à partir du 1er juin. Conséquence : les nouveaux devaient parfois attendre un an avant de prendre des vacances", rappelle Boursorama.com.

Un nouveau congé pour un enfant handicapé

La loi Travail, définitivement adoptée cet été, prévoit également l’apparition d’un nouveau congé destiné aux salariés qui ont un enfant handicapé. Il permet ainsi aux parents d’obtenir deux jours lors de l’annonce d’un handicap chez un enfant. A noter toutefois qu’un accord d’entreprise peut également déterminer sa durée.

 

Publié dans info gle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article