Le président de la CGC : «Sur la loi Travail, on nous balade un peu»

Publié le par Dos Santos Thierry

 

 
 
 

 

Le président de la CGC : «Sur la loi Travail, on nous balade un peu»

>Economie|Propos recueillis par Catherine Gasté|27 juin 2017, 23h22|8

«La fusion des instances représentatives du personnel, c’est une attaque en règle contre les syndicats», estime François Hommeril.

MAXPPP
 
 
 
 
Propos recueillis par Catherine Gasté
 
EconomieLoi TravailCFE-CGCsyndicatConcertationFrançois Hommeril
 
 

 

À la tête de la CFE-CGC (cadres), François Hommeril demande au gouvernement qu’il remette aux syndicats le texte des ordonnances.

Comment se déroulent les concertations ?
François Hommeril. Sur la méthode, c’est assez conforme à ce que le gouvernement nous avait annoncé, dans le respect des codes de la concertation. On nous reçoit en tête à tête. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, et le Premier ministre me téléphonent régulièrement. C’est une sorte de séquence de chouchoutage où, au début, tout semble très ouvert. A propos du projet présenté aujourd’hui, on nous a dit : «Ne vous inquiétez pas, il y a des choses qui vont vous faire peur mais on ne prendra pas tout. On est obligé de mettre les choses les plus terribles parce qu’on ne pourra plus les rajouter après la présentation en Conseil des ministres». On fait confiance… mais on devient un peu nerveux.

 


Selon vous, le gouvernement ne joue pas cartes sur table ?
Un sentiment de malaise est en train d’émerger. On attend un signal, qu’il nous dise qu’il nous a vraiment écoutés. Va-t-il franchir les limites à ne pas dépasser, listées unanimement par les syndicats ? Personne aujourd’hui n’est capable de nous le dire. C’est le plus grand flou sur les intentions du gouvernement. Nous, on joue le jeu, on fait des propositions. Parce qu’on n’a pas d’autres choix.

 

PUBLICITÉ
 
 

 


Quelles sont les lignes à ne pas franchir ?
La fusion des instances représentatives du personnel, c’est une attaque en règle contre les syndicats. La ministre nous explique que les syndicalistes doivent avoir une vue d’ensemble. Mais si on s’éloigne du terrain, on va avoir des apparatchiks, des experts de tout sauf de la réalité de l’entreprise ! C’est visiblement ce que souhaite le gouvernement. On est en complet désaccord avec cela et tout le reste de cette réforme.

 

«On ressort toujours la même lune !»


C’est-à-dire ?
Le lien entre le niveau très élevé du chômage et la prétendue complexité du Code du travail, c’est un fantasme total. Il y a un grand malentendu sur les attendues de la réforme sur l’emploi. Il existe bien des freins à l’embauche, mais la réforme n’y répond pas du tout. Exemple : la mobilité géographique des salariés. C’est le problème majeur des PME. Il y a aussi les problématiques du recrutement de gens compétents sur des zones géographiques désertées.


Et la question du CDI, des modalités de licenciement ?
C’est hors sujet. Je suis accablé par tant d’aveuglement. Depuis 1986, il y a eu dix-sept réformes du marché du travail. Beaucoup ont assoupli le Code du travail et facilité le licenciement. Trente ans plus tard, on ressort toujours la même lune ! Dans nos échanges avec la ministre du Travail et ses conseillers, on nous répète en permanence les propos rapportés par des avocats de grandes sociétés étrangères qui se plaignent de la norme sociale française. J’ai mille exemples d’entreprises européennes qui sont venues s’installer en France et qui sont pleinement satisfaites de la compétence de nos salariés, de notre productivité. Muriel Pénicaud a un parcours et un engagement assez remarquables, mais elle a eu le cerveau lavé par les trois ans à l’agence de la promotion de la France à l’étranger, chez Business France.


Les ordonnances vont être écrites cet été. Quelle garantie avez-vous de peser sur le contenu ?
Si l’on en croit les fuites dans la presse, l’écriture a déjà commencé alors que nous sommes en pleine concertation. On nous balade un peu. Dans une négociation, il y a un texte sur lequel on discute. Or, nous n’en avons pas. Je demande au gouvernement de nous donner le texte des ordonnances. Tant qu’on est dans la concertation, on tente de peser. Le jour où cela sera fini, nous prendrons nos responsabilités.

Propos recueillis par Catherine Gasté  leparisien.fr
 

 

Publié dans syndicat

Commenter cet article